France

Suite aux 20 jours de grève de la faim de Matthias Lacoste et l’appel de plus de 100 médecins, la maladie de Lyme est apparue dans les médias français.
Voir le communiqué de presse

Plan stratégique
A partir de ce moment, un plan d’action a été créé : ‘La maladie de Lyme 2017’. Malheureusement, trop peu de changements ont suivi en dépit de l’urgence de la situation.
Voir Plan

Ce plan d’action ‘La maladie de Lyme 2017’ contient:
– une liste d’actions concrètes
– un plan d’étapes (convention)
– 5 points stratégiques:

  1. Créer « Une santé  » = meilleur contrôle + actions contre les tiques.
  2. Renforcer le contrôle + prévention de maladies transmissibles par les tiques.
  3. Normaliser+ améliorer le traitements des patients.
  4. Améliorer les tests (diagnostic)
  5. Se mobiliser pour la recherche des maladies transmissibles par les tiques.

– Un plan d’actions Européen et international.

–  Le rôle prépondérant des instances régionales de la santé (informer d’avantage les patients et les professionnels de la santé).

Action Lyme (Plainte déposée contre les laboratoires, en raison de détention d’information)
500 patients ont porté plainte contre les laboratoires  qui  effectuent les tests Elisa car ils ne sont pas fiables à 100% et les laboratoires omettent de le signaler, ce qui est contreproductif. En France et en Europe, il est toujours obligatoire de signaler si un produit commercialisé ne répond à toutes les exigences et n’est pas 100% effectif.  Voir le site d’Action Lyme: http://www.lymaction.fr/

Action de la Banque du Sang
En France, les patients de Lyme ont pris  les choses en main en avertissant la Banque du Sang. La maladie de Lyme se transmet par les banques de sang. La bactérie Borrelia a une forme libre sur la paroi des cellules, cette forme échappe aux  filtres les plus fins.

Le don de sang, la moelle osseuse, d’organes ou d’autres tissus transmet des pathogènes entre donneurs et receveurs – même, dans le cas du don de sang, Quand il y a une tentative de filtrer le sang. Avec une moyenne d’environ 0,01 micron de diamètre, en forme de L (!) Les bactéries sont suffisamment petites pour passer à travers même le meilleur des filtres.Voir: https://mpkb.org/home/pathogenesis/transmission. Les patients vont consulter les médias lors de cette action.

christianperronne
Prof. Christian Perronne

En juillet 2016, Christian Perronne était un des 100 docteurs qui ont revendiqué qu’il était urgent de lutter contre la maladie de lyme.

Le Professeur Christian Perronne est le chef du département de maladies infectieuses de l’Hôpital universitaire Raymond Poincare à Garches, et co-directeur d’un groupe de travail sur la vaccination à l’organisation mondiale de la santé (WHO). Il est un des seuls docteurs en France qui a pendant de nombreuses années dénoncé le manque de reconnaissance de la maladie chronique de Lyme.

Non-diagnostiquée, très mal soutenus par les autorités sanitaires, cette infection transmise par les tiques peut provoquer, si non traitée, la démence et divers paralysies. La maladie est actuellement en pleine expansion. ‘’Il y a urgence’’ dit le Professeur Perronne, qui avec 100 autres docteurs a lancé dans la revue ‘’l’obs’’ un appel au ministère de la santé.

MAKE AN S.O.S. STOP SIGN

La maladie de Lyme chronique n’est pas officiellement reconnue. Il n’y a pas de traitement, pas de compensation, pas d’aide possible pour les patients souffrant de Lyme en Belgique et aux Pays Bas. Ils doivent aller à l’é tranger pour avoir des tests fiables et des traitements adéquats. Ces traitements ne sont pas remboursés.
Vous souhaitez stopper cette situation? Vous pouvez aider en participant ainsi:

1. Signer cette pétition : https://iladsvoorlyme.petities.nl/
2. Faites un selfie avec un signe S.O.S Stop
3. Postez le sur les médias sociaux et faites un don de 5 euros  à:  https://www.lymeepidemie.nl/doneren/ 
4. Invitez 3 personnes à faire pareil !

Votre photo n’est pas encore postée sur notre page Facebook? Envoyez la à: info@LymeEpidemie.nl

MICHELIN Joachim
Secrétaire de l’association
Le droit de guérir

This page is also available in: enEnglish nlNederlands